Tour Auto Optic 2000, 2016

Ligier JS2
Ferrari 275 GTB

Après les fontaines du Trocadéro pendant de longues années, après les allées poussiéreuses des invalides puis celles des Tuileries, le Tour Auto Optic 2000 semble avoir trouvé un écrin à la hauteur de ses bijoux, sous les verrières du Grand Palais.

Le lundi 18 avril sera réservé aux vérifications techniques et les voitures seront alors exposées au public. Papa pourra donc en prendre plein les yeux pendant que, à quelques rues de là, du 16 au 18 avril, au Jardin des Tuileries, les équipes d’Optic 2000 attendront les plus jeunes pour une initiation à la conduite à bord de bolides électriques, réservations obligatoire sur : minitour-optic2000.com

Matra MS 650

Le départ aura lieu le lendemain, mardi 19 avril, arrivée à Cannes samedi, après être passés par Beaune, Lyon, Valence et Marseille. Mais pour fêter les 25 ans du Tour Auto, la fête ne va pas s’arrêter pas là ! Après quelques heures de repos, les équipages reprendront la route pour une étape nocturne inédite.

Ferrari 250 GT SWB

Parmi les nombreuses voitures inscrites, on peu déjà noter la présence de nombreuses Ferrari 250 GT, de Jaguar 3 litres 8 MK II, Ligier JS2 ou encore d’une rarissime Matra MS 650. Des voitures qui ont fait la légende du Tour Auto et qui seront à l’honneur cette année, le meilleur du Tour Auto Optic 2000...

Mini Tour Optic 2000

Présent sur chaque ville étape, le « MiniTour » permettra aux enfants de se familiariser à la conduite grâce aux conseils des animateurs. Ils pourront ainsi entrer dans la peau d’un pilote et prendre le volant d’une mini Ferrari sur un circuit fermé. Pour les initier au code de la route, des panneaux de signalisation et des feux tricolores seront installés tout au long du circuit. 

Avec « le Professeur Fou » et L’Ecole de l’ADN, les enfants pourront attendre patiemment leur tour de conduite en participant à des activités ludiques qui leur permettront de mieux assimiler les messages de prévention. Acteur engagé dans la prévention visuelle et auditive, le Groupement Optic 2ooo met en place sur chaque étape un espace dédié à la vue et à l’audition pour le grand public. 

Morgan 1600 Super Sport

Le Paul Ricard, je l’avais découvert il y a plus de 25 ans, en Morgan +8.
C’était avant sa réfection, avant que la F1 ne déménage à Magny Cours. Ça sentait encore l’essence et l’huile de synthèse, la tension des départs de Grand Prix. Se retrouver sur cette piste mythique avec le vrombissement du V8 Rover dans les oreilles, avait quelque chose de magique.
Voilà pourquoi, quand l’équipe d’Optic 2000 m’a proposé de rejoindre une fois de plus la caravane des ouvreurs du Tour Auto Optic 2000 pour l’ultime étape, Marseille / Cannes via le Castellet en Morgan 1600 Super Sport, j’ai signé direct ! Je serai donc : " Mr VIP n°3 "

Cathédrale de la Major

Arrivé le vendredi soir à Marseille, je retrouve, François, Jérôme, Audrey, Floriane et le reste de l’équipe d’Optic 2000. Embrassades, rigolade, anchoïade, c’est parti !
Mais le vrai départ a lieu le lendemain, debout dès potron-minet, avant tous les concurrents. Les voitures nous attendent sagement alignées au pied de la Cathédrale de la Major, certaines recouvertes d’une housse, les autres de quelques gouttes de rosée. Même si quelques voitures ont quitté le Tour en cours de route, suite à divers problèmes mécaniques, le plateau reste impressionnant. J’aimerais prendre mon temps, faire le tour du parc fermé mais les premiers moteurs s’éveillent déjà et François me presse. Philippe, on y va ! 

Col de L'Espigoulier, Alfa Romeo Montreal

Assis quasiment par terre, la vue sur le long capot de la Morgan est splendide, même si je dois d’abord m’occuper du road-book et d’ailleurs rapidement, tout se complique. Au bout de quelques cases, à peine deux pages, nous nous égarons dans Marseille. Derrière moi, Ari Vatanen pianote sur la jante de son volant pendant que j’essaie de trouver où nous nous sommes plantés. Heureusement, le GPS vient à notre secours pour nous extraire des rues étroites de la cité Phocéenne et après quelques kilomètres d’autoroute, la première épreuve spéciale du jour nous attend au cœur de la Sainte Baume. Souvent utilisée en course de côte, la spéciale de la Coutronne au revêtement parfait, serpente en pleine nature. L’arrivée au col de l’Espigoulier réserve une vue à couper le souffle. Pendant que les habitués des podiums font parler les chronos : Andrew Smith (Ford GT40, châssis P 1029), Jean-Pierre Lajournade (Jaguar Type E), Ludovic Caron (Shelby Cobra), nous redescendons à petite vitesse afin de laisser refroidir les freins avant de rejoindre le Circuit du Castellet.

Ari Vatanen

Me voilà donc revenu plus de 25 ans en arrière mais cette fois-ci, le moteur de la Morgan ne gronde pas autant. Les borborygmes du V8 ont fait place aux jappements du 4 cylindres Ford. Ce 1600 aboie et grogne comme un chien auquel on disputerait son os ! J’aperçoit une bande d’amis photographes à l’entrée du circuit et j’ai à peine le temps de les saluer pendant que nous nous dirigeons vers le parking pour entrer en piste. 

Lancia Stratos Gr IV 1975

J’abandonne François qui rejoint Ari Vatanen en BMW M4, il me montrera plus tard des vidéos fabuleuses ! La grande courbe de Signes et le double-droite du Beausset en dérive totale, à montrer dans les écoles. Pendant ce temps là, j’en profite pour mitrailler les voitures qui arrivent. Jaguar, Ferrari, Porsche, Alfa Romeo, Lancia, la fine fleur du sport automobile des années 50, 60 et 70 est là et je ne m’en lasse pas.

Porsche 904 GTS 1964
Morgan 1600 Super Sport

Mais il nous faut déjà repartir, François sonne le rappel et je réintègre le cockpit de la Morgan. Nouveau coucou à mes amis de supercarfrance.com en ressortant et nous descendons vers l’autoroute en direction de Cannes. Plus la journée avance et plus mon fessier me fait comprendre que les sièges de la Morgan ne sont pas bien épais, détail qui m’avait échappé il y à 25 ans… Il est temps d’arriver à Cannes. Comme nous sommes toujours les premiers, il n’y a pas grand monde à l'entrée du parc fermé et nous garons la voiture avant de rejoindre nos hôtels respectifs. Nous sommes à Cannes et l’organisation n’a pas fait les choses à moitié. Me voilà dans la chambre d’un hôtel devant lequel je prenais des photographies de Lamborghini il y a 35 ans et même la télé me souhaite : Bienvenue, " Mr VIP n°3 ! "

Pour nous joindre :

DPPA :

92300 Levallois-Perret

Contactez nous via le formulaire de contact