Grand Prix Historique de Monaco

Lamborghini Miura SV 5110, SVJ 5090 et SV 5066. En arrière plan, Porsche 911 GT1 1997
Frazer Nash Targa Florio et Le Mans réplica MK1, Aston Martin DB3S, Jaguar Type C, Maserati A6GCS

Il est loin le temps où les duels Senna / Prost faisaient la une des journaux de TF1. Il est loin le temps où une simple interview de Schumacher, place du Casino à Monaco, créait une petite émeute. L’an passé, cette même place, en plein vendredi après-midi, donc entre les essais du jeudi et ceux du samedi, était vide, sans âme…
Où est donc passée la passion ? Autant du côté des pilotes que du public, la F1 moderne semble ronronner gentiment, sans réveiller les foules. Et si la passion, la ferveur était plutôt du côté de l’historique ? Pour 2016, exit la F1, changeons notre fusil d’épaule.

Mécanique à l'ancienne, sur un coin de table !

Comme tous les deux ans, la principauté de Monaco accueillait les 13, 14 et 15 mai, la fine fleur des voitures de courses historiques. Associée à cela, la présence des grandes sociétés de ventes de voitures de collection, il y avait du beau monde dans les paddocks et sur les moquettes des salles de vente.
Commençons par la piste, Formule Junior, F1 et F1 des années 60 et 70, sans oublier les voitures de Grand Prix d’avant guerre et les voitures de sport des années 50, il y avait de quoi faire !
Quelles voitures extraire du lot ? Difficile de répondre. A chacun ses souvenirs, son époque fétiche. Mais quand même, comment rester insensible au charme de la Mercedes Benz SSK 1929 ? Au son envoûtant du V12 de la Matra MS 120C ou aux lignes incroyables de la Lister Bristol Flat Iron ?

Matra MS 120C 1971

Matra MS 120-C

La Matra MS 120 a été produite à 7 exemplaires entre 1970 et 1972. Les 3 premières construites en 1970 manquant de rigidité, elles ont été remplacées en 1971 par 3  MS120B au châssis renforcés. Deux d’entre elles ont été modifiées en MS 120C pour la saison 1972.
La voiture engagée pour Anthony Beltoise est celle utilisée par son père lors de l’année 1971.

En parallèle et c’est une habitude depuis des dizaines d’années, les plus grandes maisons d’enchères mettaient en vente des voitures triées sur le volet. Les prix étant au plus haut actuellement, de nombreuses voitures aux côtes record reviennent sur le devant de la scène, comme par exemple la rarissime Ferrari 275 Spider NART ou l’unique Tucker 48 existant en Europe.

 

Lamborghini Diablo GT1 1997

Commençons par le 12 mai, avec la société Italienne MC Royal Auction au Musée Automobile du Prince. Une vente qu’on ne peut que qualifier de… bizarre ! Aucune communication dans les magazines spécialisés, un catalogue sans information sur les voitures à vendre et beaucoup de voitures douteuses. 
Une fausse Ferrari 250 GTO, une Ferrari 250 SWB «conversion», une Maserati 450 S (recréation du châssis 4507 détruit suite à un grave accident lors du Grand Prix du Venezuela 1957), une Ford GT40 annoncée comme originale alors qu’il s’agissait d’une véritable... Sbarro ! Pas de quoi mettre le client potentiel en confiance et a priori, aucune voiture n’aurait été vendue. C’est dommage car au milieu de tout cela, il y avait quand même de véritables pépites. Une Lamborghini Diablo GT (châssis 51/80), une Dauer EB 110 SS (châssis 39137) ou encore une des deux Lamborghini Diablo GT1 construites (châssis WLA12000).

Jaguar Type C 1953

Le lendemain, c’est Bonhams qui investissait les salons de l’hôtel Fairmont. Une belle vente, dans un cadre ouaté avec beaucoup de place pour exposer les voitures. Parmi les têtes d’affiche, c’est la Jaguar type C de 1953 qui s’est envolée, changeant de mains pour 7.245.000 € ! D’autres voitures ont dépassé le million, une Bugatti Type 35 de 1925 (1.058.000 €), une Ferrari 288 GTO de 1985 (1.817.000 €) alors qu’une très belle et rare De Tomaso Vallelunga de 1968 estimée entre 320.000 et 360.000 € n’a pas trouvée preneur, dommage.

De Tomaso Vallelunga 1968
Ferrari 275 GTS / 4 spider NART 1968

Le 14 mai, enfin, RM Sotheby's choisissait la salle des Étoiles et les parkings du Monte Carlo Sporting club pour présenter ses voitures dans une mise en scène très soignée. 
Dans la salle des Étoiles, tous les regards étaient attirés par la tête d’affiche de la vente, la Ferrari 275 GTS / 4 spider NART. Estimée entre 19.000.000 et 23.000.000 €, elle est restée invendue alors que la Ferrari 340 América Barchetta Touring de 1951 a changé de propriétaire pour  7.280.000 €. Joli succès aussi pour la Porsche 911 GT1 Évolution de 1997 (2.772.000 €), la Ferrari 212 Inter cabriolet Vignale de 1952 (1.176.000 €) et la Ferrari 275 GTS Pininfarina de 1966 (1.792.000 €).

 

Porsche 911 GT1 Evolution 1997
Alfa P33 Stradale, continuation 1967

Le même jour, de l’autre coté de la Principauté, Coys choisissait pour sa part le chapiteau de l’Espace Fontvieille pour mettre en vente de jolies pièces et quelques voitures étonnantes. Je pense par exemple à la très rare Alfa Romeo P33 Stradale 1967. Copie ou continuation, chacun choisira son camp mais elle méritait le coup d’œil. Malheureusement, si sa carrosserie et son vitrage montrent un travail très soigné, il n’en est pas de même pour l’habitacle et le moteur à terminer… C’est dommage, même si elle est partie pour 472.040 € ! Beau succès également pour la Ferrari 330 GTC de 1968 (625.600 €), la Lamborghini Diablo GT de 2001 (625.000 €) ou encore, la Lancia Flaminia cabriolet de 1962 (146.360 €).

Aston Martin One-77

Enfin, comment parler du Grand Prix Historique de Monaco sans dire un mot des autos présentes en principauté cette semaine là ! Beaucoup d’anciennes, c’est normal : AC 428 convertible, Porsche 911 GT1, Lamborghini Miura et Countach, Ronart W152, Ferrari 275 GTB et 365 GTC ou encore, de très nombreuses Bentley d’avant guerre. Mais il y avait aussi beaucoup de supercars modernes : Aston Martin One-77, Bugatti Veyron, McLaren P1, Koenigsegg Agera RS, Porsche 918, il y en avait pour tous les goûts ! Seule certitude, faire l’impasse sur le Grand Prix F1 et se concentrer sur l’historique se sera avéré payant. expérience à renouveler en 2018 ? Chiche !

 

Ventes aux enchères, quelques résultats :

Maserati 450S réplique châssis 4507

MC Royal Auction
12 mai, au musée automobile de Monaco.
Ferrari 250 châssis court (transformation)
Dauer EB 110 SS, châssis 39137
Diadlo GT châssis 51/80
Maserati 450S réplique châssis 4507
Ford GT 40, châssis 1023, Sbarro GT40
Diablo GT1, châssis WLA12000

Bugatti Type 35 1925

Bonhams Auctions
13 mai, dans les salons de l’hôtel Fairmont.
Jaguar Type C 1953, vendue 7.245.000 €
Ferrari 288 GTO 1985, vendue 1,817,000 €
Bugatti Type 35 1925, vendue 1.058.000 €
Ferrari 330 America 1963, vendue 431.250 €
Porsche 959 Komfort 1988, vendue 494.500 €
Lamborghini Espada 1973, vendue 115.000 €
Lancia Aprilia cabriolet 1940, vendue 132.250 €

De Tomaso Vallelunga 1968, estimée 320.000 - 360.000 €, non vendue.

Tucker 48, 1948

RM Sotheby's
14 mai, dans la salle des étoiles et les parkings du Monte Carlo Sporting club.
Studebaker Champion 1948, vendue 6.160 €
Maserati Quattroporte III 1979, vendue 14.000 €
Maserati Bora 4.7 1975, vendue 201.600 €
Lamborghini Countach LP400 S 1978, vendue 504.000 €
Bugatti Type 40 Roadster 1928, vendue 168.000 €
Mercedes-Benz 300 SL Gullwing 1955, vendue 1.232.000 €
Ferrari 330 GTC Pininfarina 1968, vendue 481.600 €
Ferrari 340 Barchetta América Touring 1951, vendue 7.280.000 €
Lamborghini Diablo SE30 Jota 1995, vendue 672.000 €
Ferrari 275 GTS 1966, vendue 1.792.000 €
Aston Martin DB AR1 Zagato 2004, vendue 336.000 €
Porsche 959 'Komfort' 1988, vendue 896.000 €
Porsche 911 GT1 Evolution 1997, vendue 2.772.000 €
Ferrari 212 Inter Cabriolet Vignale 1952, vendue 1.176.000 €
Tucker 48 1948, vendue 1.344.000 €
Aston Martin Virage GT Lightweight 1991, vendue 89,600 €

Parmis les invendus :
Lamborghini 350 GT 1966, estimée 700.000 - 850,000 € 
Ferrari 275 GTS spider NART 1968, estimée 19.000.000 - 23.000.000 €
Ferrari 330 GTS 1967, estimée 2.100.000 - 2.400.000 €
Ferrari 365 GTS/4 Daytona spider 1972, estimée 2.400.000 - 2.800.000 €

Lamborghini Diablo GT, châssis 73/80

Coys of Kensington
14 mai, sous le chapiteau de l’Espace Fontvieille.
Ferrari 330 GTC 1968, vendue 625.600 €
Lamborghini Diablo GT 2001, vendue 625.000 €
Alfa P33 Stradale, continuation 1967, vendue 472.040 €
Lancia Flaminia cabriolet 1962, vendue 146.360 €

 

Texte et photos Philippe Despont.

Pour nous joindre :

DPPA :

92300 Levallois-Perret

Contactez nous via le formulaire de contact